The Concept of Revolution

Source:  “Sur le concept de révolution” par François HOUTART, ESPRIT, juil./août 1965.  Nota bene:  Footnotes have been renumbered and turned into end notes for this parallel translation.

Esprit est une revue intellectuelle française fondée en 1932 par Emmanuel Mounier à la recherche d'une troisième voie humaniste entre le capitalisme libéral et le marxisme.

Esprit is a French intellectual review founded in 1932 by Emmanuel Mounier in search of a humanist third way between liberal capitalism and Marxism.


ON THE CONCEPT OF REVOLUTION

Sur le concept de révolution

By / par by François Houtart

Exclusive English Translation
For “No Snow In Moscow”


Sur le concept de révolution

par François Houtart

On the Concept of Revolution

by François Houtart

Les Européens ne cessent de s’étonner des révolutions qui secouent les pays d’Amérique latine.  D’aucuns y voient des manifestations d’infantilisme, tandis que d’autres y dénotent toujours une influence marxiste.  Or toute révolution doit être considérée d’abord dans son contexte social et culturel.  Sa signification peut donc varier dans le temps et l’espace.

Europeans never cease to be amazed at the revolutions that rock Latin America.  Some view them as exhibitions of infantilism, while others always note a Marxist influence.  Now, any revolution must be considered first in its social and cultural context.  Its meaning in time and space can thus vary.

Si la révolution se définit comme un changement radical et rapide des structures de la société, la valeur accordée au terme dépend évidemment de son contexte.  Pensons aux révolutions américaine ou française, à celles pour l’indépendance en Amérique latine, à la révolution d’octobre en Russie, à la révolution d’Egypte ou à celle de Cuba.  Ces quelques exemples suffisent à montrer combien les buts des mouvements révolutionnaires peuvent différer : du politique au social, de la réaction contre une force coloniale, jusqu’à la rébellion contre l’autorité nationale.

If revolution is defined as a radical and rapid change in the structures of society, the value accorded to the term obviously depends on its context.  Think about the American or French revolutions, those for independence in Latin America, the October Revolution in Russia, the Egyptian revolution or the Cuban revolution.  These few examples are enough to show how the goals of revolutionary movements can differ:  from political to social, from reaction against a colonial force, to rebellion against national authority.

Afin de mieux comprendre la complexité de l’idée de révolution en Amérique latine, nous voudrions nous arrêter tout d’abord à des considérations d’ordre plus général.  On peut partir du concept de culture.  Pour le sociologue, la culture est l’ensemble des valeurs qui, dans une société, commande la façon de penser, les réactions, les comportements des individus.  Elle est sous-jacente à leur style de vie, à leurs institutions, à leur mode de vie.

To better understand the complexity of the idea of revolution in Latin America, we would first like to focus on more general considerations.  We can start with the concept of culture.  For the sociologist, culture is the set of those values which, in a society, controls the way of thinking, the reactions, the behavior of individuals.  It underlies their lifestyle, their institutions, their way of life.

La révolution peut devenir une des composantes de ce système de valeurs.  En effet, lorsque dans une société le système social devient disfonctionnel, on cherche à trouver un nouvel équilibre.  Dans certains cas, lorsque le déséquilibre s’accentue, cette recherche prend une forme révolutionnaire.  Dans ce sens, la révolution peut exister dans les idées, avant qu’elle ne soit effective.  Il s’agit donc bien d’un phénomène culturel au sens sociologique du mot.  C’est dans cette perspective que nous l’aborderons.  Dans une première partie, nous montrerons la disfonctionnalité qui caractérise les systèmes sociaux de la plupart des pays latino-américains.  Nous approfondirons ensuite l’analyse de l’aspect culturel de la révolution.

Revolution can become one of the components of this value system.  Indeed, when, in a society, the social system becomes dysfunctional, a new equilibrium is sought.  In some cases, when the imbalance is accentuated, this search takes a revolutionary form.  In this sense, revolution can exist in ideas before it becomes effective.  It is therefore really a cultural phenomenon in the sociological sense of the word.  It is from this perspective that we approach it.  To begin, we will show the dysfunctionality that characterizes the social systems of most Latin-American countries.  We will then deepen the analysis of the cultural aspect of revolution.

La structure sociale actuelle en Amerique latine, base du concept de revolution1.

The current social structure in Latin America, basis of the concept of revolution1.

Le problème de nombreux pays d’Amérique latine se pose en terme de changement social rapide.  Ses effets sont perceptibles à la fois sur le plan des structures (classes sociales, enseignement, systèmes politiques et économiques) et sur celui des valeurs.  La fonction de ces dernières est fondamentale, car elles donnent simultanément un système d’explication du monde et de la société dans laquelle on vit et des critères de comportement et d’action.

The problem in many Latin American countries arises in terms of rapid social change.  Its effects are noticeable both in terms of structures (social classes, teaching, political and economic systems) and on values.  The function of the latter is fundamental, for they simultaneously provide a system for explaining the world and society in which we live and the criteria for behavior and action.

Dans le cas où les valeurs culturelles d’une collectivité offrent un système cohérent d’explications et de normes à une société traditionnelle, elles devront évoluer fatalement avec les changements de structures de cette société.  Toute société en transformation fait nécessairement face à une crise de valeurs, car le passage d’une échelle de valeurs à une autre ne se fait pas sans heurts.  C’est ce que nous voudrions suivre an Amérique latine, dans les deux groupes traditionnels, les masses rurales et l’élite de type féodal.

If the cultural values ​of a community offer a coherent system of explanations and norms to a traditional society, they will inevitably evolve with changes in the structures of this society.  Any society in transformation necessarily faces a crisis of values, because the passage from one scale of values to another is not smooth.  This is what we would like to follow in Latin America, in the two traditional groups, the rural masses and the feudal-type elite.

Qu’elle soient de race blanche, métisse ou indienne, les masses rurales  constituent la couche numériquement la plus importante de la population latino-américaine.  Du fait des structures sociales féodales, de leur dispersion géographique et de l’absence de communications, ces populations ont vécu jusqu’il y a peu de temps en marge de toute vie sociale, politique, économique ou culturelle et cela malgré l’évolution qui se dessinait dans le milieu urbain.  Cette société, inchangée depuis des générations, a vécu dans des schèmes culturels limités à un horizon pré-technique.

Whether White, Métis or Indian, the rural masses make up the largest number of the Latin-American population.  On account of the feudal social structures, their geographic dispersion and the absence of communications, these populations lived, until quite recently, a marginal social, political, economic or cultural life and this despite the evolution taking place in the urban environment.  This society, unchanged for generations, has lived in cultural patterns limited to a pre-technical horizon.

Or, actuellement, le changement social les sort plus ou moins brusquement de leur isolement séculaire.  Deux facteurs sont à l’origine de ce phénomène.  Tout d’abord l’accroissement démographique.  Si la population latino-américaine a augmenté de quelque 50 millions de personnes durant les dix dernières années, les régions rurales ont enregistré les accroissements les plus importants, du fait d’une réduction sensible des taux de mortalité infantile.  Mais, comme la structure agraire et l’archaïsme des techniques agricoles constituent des obstacles quasi insurmontables à un accroissement de la productivité des terres, une mobilité géographique importante en a resulté, vers les grandes métropoles.  Le mouvement a atteint près de 20% des masses rurales, dans les vingt-cinq dernières années.

Now, social change is lifting them more or less abruptly out of their secular isolation.  Two factors are at the origin of this phenomenon.  First of all, population growth.  While the Latin-American population has grown by some 50 million over the past decade, rural areas have experienced the biggest increases, driven by significantly reduced infant mortality rates.  But, as the agrarian structure and archaic agricultural techniques constitute near-insurmountable obstacles to an increase in productivity of the land, significant geographic mobility has resulted, towards the large metropolises.  Nearly 20% of the rural masses have migrated in the past twenty-five years.

Le développement des moyens de communication est le deuxième facteur d’accélération du processus de changement.  Les populations jusqu’ici marginales sont mises en contact avec le reste de la société et prennent progressivement conscience de l’écart qui les sépare des autres.  Les structures et les systèmes de valeurs en sont profondément affectés.

The development of means of communication is the second factor accelerating the process of change.  The hitherto marginal populations are brought into contact with the rest of society and are gradually becoming aware of the gap that separates them from others.  Structures and value systems are profoundly affected.

La société paysanne traditionnelle se structurait solidement autour de deux institutions:  la famille patriarcale et les petits groupes sociaux locaux (aldea, fondo, etc…).  Toutes deux subissent actuellement des transformations profondes.

Traditional peasant society was solidly structured around two institutions:  the patriarchal family and small local social groups (aldea, fondo, etc…).   Both are currently undergoing profound transformations.

Outre la migration vers les villes, il faut noter la modification de l’emploi.  Comme dans tous les pays, la place de l’agriculture tend à diminuer.  Ces changements en amènent d’autres dans les domaines de l’organisation sociale, des relations sociales, des rôles, des mécanismes du contrôle social, etc…  Lorsqu’une économie de marché détrône progressivement une économie de subsistance, quand le rôle du technicien tend à devenir de plus en plus important, la structure de la famille patriarcale est ébranlée et les relations à l’intérieur de la famille se modifient.

In addition to migration to the cities, the change in employment must be noted.  As in all countries, the place of agriculture tends to diminish.  These changes lead to others in the fields of social organization, social relations, roles, mechanisms of social control, etc.  When a market economy gradually dethrones a subsistence economy, when the role of the technician tends to become more and more important, the patriarchal family structure is shaken and relations within the family change.

Le développement des coopératives ou du syndicalisme rural influence rapidement la structure du groupe traditionnel, amenant des changements dans les rôles et dans les formes de contrôle social.

The development of cooperatives or of rural trade-unionism quickly influences the structure of the traditional group, bringing along changes in roles and forms of social control.

Mais la modification est peut-être plus profonde encore au niveau des valeurs.  Dans le domaine politique germent des idées démocratiques; au plan économique, l’élévation des idées démocratiques; au plan économique, l’élévation des niveaux de vie devient un phénomène conscient; dans le domaine social, on assiste à une sécularisation de certains aspects de la vie; au plan culturel strict, une aspiration à l’éducation se développe.  Sans doute, la diffusion de ces valeurs nouvelles est-elle loin d’être uniforme.  Il est clair qu’elles ont plus d’influence sur les jeunes générations, qui constituent près de 50% parfois de la population.  D’où des conflits entre générations, des oppositions parfois farouches à toute forme de changement, des exaspérations et des frustrations.

But the change is perhaps even more profound in terms of values.  In the political domain germinate democratic ideas; economically, the rise in living standards is becoming a conscious phenomenon; in the social field, we are witnessing the secularization of certain aspects of life; on a strictly cultural level, an aspiration to education is developing.  Without doubt, the spread of these new values is far from uniform.  It is clear that they have more influence on the younger generation, who sometimes make up almost 50% of the population.  Hence conflicts between generations, sometimes fierce opposition to any form of change, exasperation and frustrations.

Si le problème se présente différemment pour les anciennes elites sociales, en fait, il est assez parallèle.  L’élite sociale, dans la société traditionnelle était constituée en majeure partie par les propriétaires terriens dont le prestige reposait sur l’étendue de leurs propriétés, plutôt que sur leur prodictivité.  Cette classe résidait le plus souvent dans les villes, monopolisant le pouvoir politique, économique, social et culturel.

If the problem presents itself differently for the old social elites, in fact, it is quite parallel.  The social elite in traditional society was largely made up of landowners whose prestige was based on the extent of their properties, rather than their productivity.  This class most often lived in the cities, monopolizing political, economic, social and cultural power.

Au fur et à mesure de l’evolution économique, une nouvelle classe sociale intermédiaire a commencé a se former.  Dans certains pays (Argentine, Uruguay, Chili) elle a été alimentée surtout par les immigrants européens, ce qui explique son importance numérique.  Ailleurs, un nombre de plus en plus important de jeunes diplômés des universités en font partie.  Progressivement cette classe intermédiaire obtient la direction de nouveaux secteurs:  l’industrie, le commerce, l’administration, etc…, et entre forcément en compétition avec les élites traditionnelles.  Souvent elle trouve difficilement son équilibre culturel.  Ses aspirations forment un curieux mélange de valeurs traditionnelles, de tout ce qui faisait le prestige des élites anciennes, et de valeurs du monde technique.  Les villes connaissent donc une situation hybride.  L’ancienne classe dirigeante a vu diminuer son pouvoir, sans pour autant le perdre totalement.  La nouvelle classe moyenne se meut difficilement entre des systèmes de valeurs contradictoires.  La masse populaire, le plus souvent inorganique, représente à la fois le prolongement de la classe rurale marginale, mais aussi la tête de pont de celle-ci vers une participation sociale plus large.

As economic development progressed, a new intermediate social class began to form.  In some countries (Argentina, Uruguay, Chile) it was fed mainly by European immigrants, which explains its numerical importance.  Elsewhere, an increasing number of young university graduates are among them.  Gradually, this intermediate class takes charge of new sectors:  industry, commerce, administration, etc…, and necessarily enters into competition with the traditional elites.  It often has difficulty finding its cultural equilibrium.  Its aspirations form a curious mixture of traditional values, of all that spelled prestige for the old elites, and the values of the technical world.  The cities are therefore experiencing a hybrid situation.  The old ruling class has seen its power diminish, but without losing it completely. The new middle class moves with difficulty between contradictory value systems.  The mass of people, most often inorganic, represents both the extension of the marginal rural class, but also the bridgehead of the latter towards wider social participation.

Que ce soit donc dans le monde rural ou en milieu urbain, le système social latino-américain est profondément perturbé.  Cependant, il serait erroné de croire que le changement social n’a que des effets négatifs.  L’introduction des valeurs techniques est un préalable au développement du continent.  Etant donné l’accroissement démographique, les pays latino-américains n’ont pas le choix; ils se trouvent dans l’obligation de susciter un développement organisé et volontaire.  En d’autres termes, ils se voient obligés de réagir en cherchant de nouveaux équilibres.  Mais les réactions varient en fonction des valeurs sociales des divers groupes, soit résistance au changement, soit recherche de formes renouvelées, soit enfin ruptures violentes.

Whether in rural or urban areas, the Latin-American social system is deeply disturbed.  However, it would be wrong to believe that social change has only negative effects.  The introduction of technical values is a prerequisite for the development of the continent.  Given the demographic growth, Latin American countries have no choice; they are bound to bring about an organized and voluntary development.  In other words, they are forced to react by seeking new balances.  But reactions vary according to the social values of the various groups, be it resistance to change, the search for renewed forms, or ultimately violent breaks.

Parmi ces deux dernières catégories, on rencontre un éventail de positions.  Citons, par exemple, les conceptions utopiques se basant sur une vision de l’organisation sociale, dont le modèle s’inscrit dans la ligne des grandes utopies que connut l’histoire, depuis Platon ou Thomas More, jusqu’aux Jésuites du Paraguay.  De plus en plus, cependant, ces formes tendent à faire place à des conceptions plus concrètes et plus réalistes.

In the latter two categories, there is a range of positions.  Take, for example, utopian conceptions based on a vision of social organization, whose model is in line with the great utopias that history has known, from Plato or Thomas More, to the Jesuits in Paraguay.  Increasingly, however, these forms tend to give way to more concrete and realistic conceptions.

Un deuxième genre de réaction est de type anarchique.  On commence par la révolution sans se demander quelle sera l’étape suivante.  L’unique but est le changement, mais rien ou presque rien n’est pensé en vue de l’édification d’une société nouvelle.  Cette forme de réaction fut assez caractéristique de la révolution cubaine à ses débuts.

A second kind of reaction is of an anarchic type.  We start with revolution without asking ourselves what the next step will be.  The sole objective is change, but nothing or almost nothing is thought of in order to build a new society.  This form of reaction was quite characteristic of the Cuban revolution at its beginnings.

Le marxisme propose une troisième forme de révolution, qui présente de grands avantages par rapport aux autres.  Elle dispose non seulement d’une idéologie de base solide, mais également de modèles d’organisation sociale, depuis le niveau local jusqu’au plan international.  Des exemples concrets existent en Russie, en Chine, à Cuba.

Marxism offers a third form of revolution, which has great advantages over others.  It has not only a solid basic ideology,* but also models of social organization, from the local level to the international level.  Concrete examples exist in Russia, China, Cuba.

Une quatrième forme de révolution a pour objectif de construire une société humaniste, dont la conception soit en concordance avec les principes du christianisme ou d’un socialisme très modéré.  Plusieurs efforts sont aujourd’hui orientés dans ce sens.  Jusqu’à présent cependant, les résultats obtenus sont lents.  Ils montrent néanmoins l’importance d’une idéologie concrète, dans de tels types de sociétés, et permettent d’expliquer pourquoi les chrétiens tendent, de plus un plus, à traduire leurs options politiques et sociales en des termes caractéristiques d’une idéologie basée sur des principes du christianisme.

A fourth form of revolution aims to build a humanist society, the conception of which is in accordance with the principles of Christianity or of very moderate socialism.  A number of efforts are now oriented in this direction.  So far, however, results have been slow in coming.  They nonetheless show the importance of a concrete ideology in such types of societies, and help explain why Christians tend, moreover, to translate their political and social options into terms characteristic of an ideology based on principles of Christianity.

Caractéristiques culturelles de la révolution.

Cultural characteristics of the revolution.

Révolution et pré-révolution.

Revolution and pre-revolution.

Les formes de révolutions auquelles nous faisons allusion ici n’ont rien de commun avec les révolutions traditionnelles latino-américaines, lorsqu’un caudillo  en renversait un autre.  Cette forme d’instabilité politique était devenue quasi légendaire.  Aujourd’hui il s’agit d’évènements qui changent fondamentalement la nature du phénomène.

The forms of revolutions we are referring to here have nothing in common with traditional Latin American revolutions, when one caudillo overturned another.  This form of political instability had become almost legendary.  Today these are events that fundamentally change the nature of the phenomenon.

Il est d’abord question d’un changement social fondamental qu’on pourrait appeler une «révolution silencieuse»; changement des modèles sociaux, de la structure de l’emploi, migrations des populations rurales, développement des moyens de communication, etc…  Ces changements sociaux vont de pair avec une évolution culturelle qui se manifeste même dans les masses.

First, there is the question of a fundamental social change which could be called a “silent revolution”; a change in social models, the structure of employment, migration of rural populations, development of means of communication, etc…  These social changes go hand-in-hand with a cultural evolution which manifests itself even among the masses.

Kroeber definit la révolution comme «un changement qui se produit soudainement avec plus ou moins de violence, d’autant plus de rapidité que le retard a été important2».  Cependant «révolution» n’est pas synonyme de changement; l’idée de révolution est en fait antérieure au changement lui-même.

Kroeber defined revolution as “a change that happens suddenly with more or less violence, and all the more rapid the longer the delay has been”.2  However, “revolution” is not synonymous with change; the idea of revolution is in fact prior to change itself.

Et cette caractéristique remplit une fonction importante dans l’ensemble de l’évolution de la société actuelle en Amérique latine.

And this characteristic fulfills an important function in the whole evolution of today’s society in Latin America.

C’est en effet la raison pour laquelle on rencontre aussi le concept de pré-révolution3.  La révolution existe en fait dans les esprits.  La masse vit de plus en plus dans une période pré-révolutionnaire.  De nouvelles structures sociales se développent et créent ainsi les conditions nécessaires à un changement plus radical.

This is indeed the reason why we also encounter the concept of pre-revolution3.  The revolution actually exists in people’s minds.  The masses are living more and more in a pre-revolutionary period.  New social structures are developing and thus create the conditions for more radical change.

Le concept même de révolution joue donc un rôle très important sur le plan culturel, car il aiguille l’intégration culturelle sur d’autres voies, tout en lui insufflant une dynamique nouvelle.  Il constitue ainsi une source d’énergie pour la société.  La prise de conscience par les populations de l’existence possible de formes sociales nouvelles constitue, par elle-même, un fait culturel dont les conséquences sont grandes sur le comportement social.

The very concept of revolution therefore plays a quite important role on the cultural level, because it steers cultural integration in other ways, while instilling in it a new dynamic.  It therefore constitutes a source of energy for society.  The awareness by populations of the possible existence of new social forms represents, by itself, a cultural fact whose consequences are significant for social behavior.

Révolution et contre-révolution.

Revolution and counter-revolution.

La valeur culturelle que représente l’idée de révolution se double aussi d’une valeur émotive, qui en accentue la puissance.  Si bien que, souvent, tout programme politique ou social doit être révolutionnaire ou contre-révolutionnaire.  Mais il existe une telle confusion dans les termes, que l’on arrive à de véritables contradictions.  Contre-révolution ne signifie pas en effet, se tourner contre la révolution, mais opposer une forme de révolution à une autre.  Ce fut le cas à Cuba.  Ce le fut aussi, dans un autre sens, au Brésil, où la révolution avait pour but le maintien des systèmes disfonctionnels actuels.  Il est vrai que de nombreux aspects de cette réalité culturelle sont teintés de romantisme.  Cependant, la problématique est aujourd’hui tout autre et nous ne vivons plus au temps des révolutions d’opérette, lorsque celles-ci étaient un passe-temps.

The cultural value represented by the idea of revolution is also coupled with an emotive value, which accentuates its power.  with the result that, frequently, any political or social program must be revolutionary or counter-revolutionary.  But there exists such confusion in the terms that we arrive at real contradictions.  Counter-revolution does not mean turning against the revolution, but opposing one form of revolution with another.  This was the case in Cuba.  It also was the case, in another sense, in Brazil, where the goal of the revolution was to maintain the current dysfunctional systems.  It is true that many aspects of this cultural reality are tinged with romanticism.  However, the problem is quite different today and we no longer live in the era of operetta revolutions, when these were a hobby.

Les différentes significations de l’idée de révolution.

The different meanings of the idea of revolution..

L’idée de révolution revêt donc diverses significations.  Nous avons vu cependant jusqu’à quelles contradictions peuvent mener des essais de définition du terme révolutionnaire, lorsqu’il s’agit de l’Amérique latine.

The idea of revolution therefore has various meanings.  We have seen, however, to what contradictions attempts to define the revolutionary term can lead when it comes to Latin America.

Cependant, il ne faudrait pas se limiter à considérer uniquement l’aspect politique de la question.  Le concept a des résonances philosophiques et même théologiques.  Les chrétiens, protestants ou catholiques, commencent aussi à utiliser cette terminologie.  La situation actuelle dans laquelle vit le prolétariat et les injustices sociales créent pour l’humanisme traditionnel, cher à l’esprit ibérique, le climat nécessaire à l’expression de son besoin d’humaniser.  La foi chrétienne elle-même est associée à l’idée de révolution.  Ne parle-t-on pas d’une révolution chrétienne?  L’ambiguïté d’une telle expression est trop évidente pour qu’on en approuve l’usage.  Dans certains cas, en effet, révolution chrétienne devient synonyme d’un retour à l’âge d’or moyenâgeux, l’Eglise reprenant une position dominante au sein de la société nouvelle.

However, it should not be limited to considering only the political aspect of the issue.  The concept has philosophical and even theological resonances.  Christians, Protestants or Catholics are also beginning to use this terminology.  The current situation in which the proletariat lives, living and social injustices, create for traditional humanism, dear to the Iberian spirit, the climate necessary for the expression of its need to humanize.  The Christian faith itself is associated with the idea of revolution.  Do we not speak of a Christian revolution?  The ambiguity of such an expression is too obvious to approve of its use.  In some cases, in fact, the Christian revolution becomes synonymous with a return to the Golden Age of the Middle Ages, the Church regaining a dominant position within the new society.

Toutefois, des chrétiens prennent en ce domaine des positions non seulement idéologiques, mais également pratiques.  Nous n’en voulons pour preuves que les articles parus dans la revue chilienne Mensaje, le thème du Congrès de théologiens et sociologiques:  «La place des chrétiens dans la révolution latino-américaine», qu’organisait à Rio de Janeiro, en 1963, le Conseil Mondial des Eglises, ou encore la réunion du CICOP, Comité interaméricain de coopération, tenue à Chicago en janvier 1965 sur le thème: «La révolution sociale en Amérique latine».  Si nombreuses sont les initiatives prises aujourd’hui dans ce sens, qu’il nous est impossible de les citer toutes.  Pour cette raison nombre d’institutions et de mouvements catholiques se voient qualifiés d’extrémistes de gauche, qu’il s’agisse de mouvements estudiantins, syndicaux et même du «Movimento de Educacao de Base» au Brésil, dont plusieurs membres furent poursuivis par le nouveau régime.

However, Christians take not only ideological, but also practical positions in this area.  All we need for proof is the articles published in the Chilean review Mensaje, the theme of the Congress of Theologians and Sociologists:  “The place of Christians in the Latin-American revolution” organized in Rio de Janeiro in 1963 by the World Council of Churches, or the meeting of the CICOP, The Inter-American Cooperation Committee,held at Chicago in January 1965 on the theme:  “The social revolution in Latin America”.  So many initiatives are taken today in this direction, it would be impossible for us to mention them all.  For this reason, a number of Catholic institutions and movements have been characterized as left-wing extremists, be it student movements, or trade unions and even the “Movimento de Educacao de Base” in Brazil, several of whose members were prosecuted by the new regime.

La rupture nécessaire au développement.

The break necessary for development.

Lorsque l’apparition de nouveaux systèmes économiques et sociaux exige de nouveaux types de relations et d’organisations sociales, une rupture avec les modèles du passé s’impose.  C’est ce que l’histoire des deux derniers siècles nous apprend.  Ce rôle a été joué, au travers de l’industrialisation naissante, par le capitalisme libéral ou par le marxisme.  En Amérique latine, cette rupture n’a pas encore été réalisée, à part peut-être en l’un ou l’autre endroit.  Et cependant elle est indispensable pour le «décollage» du développement.

When the appearance of new social and economic systems requires new types of relations and of social organizations, a break with patterns of the past is essential.  This is what the history of the past two centuries teaches us.  This role was played, during the birth of industrialization, by liberal capitalism or by Marxism.  In Latin America, this break has not yet been achieved, except in one or another place.  And yet, it is indispensable for development to “take off”.

Dans ce sens la révolution sociale est nécessaire en Amérique latine.  La grande question est de savoir comment la réaliser sans, par la violence, détruire les valeurs mêmes que l’on veut promouvoir.  Et cela pose le problème crucial d’une éthique de la révolution.

In this sense, the social revolution is necessary in Latin America.  The great question is to know how to achieve it without, through violence, destroying the very values we want to promote.  And that poses the crucial problem of an ethics of the revolution.

François HOUTART.

François HOUTART.

__________

__________

1.  Voir Fr. Houtart et E. Pin, L’Eglise à l’heure de l’Amerique latine  (Casterman, Paris, Tournai, 1965).

1.  See Fr. Houtart and E. Pin, (The Church today in Latin America) (Casterman, Paris, Tournai, 1965).

2.  A. Kroeber, Anthropology, Race, Language, Culture, Psychology, Prehistory  (Hartcourt Brace, New-York, 1948, p. 408).

2.  A. Kroeber, Anthropology, Race, Language, Culture, Psychology, Prehistory (Hartcourt Brace, New-York, 1948, p. 408).

3.  Celso Furtado, La pré-révolution brésilienne, (Paris, 1964).

3.  Celso Furtado, (The Brazilian pre-revolution). (Paris, 1964).

Nota bene:  This translation is part of a small package of translations to accompany a research post on Jesuit father, François Houtart, the “Red Priest”, good friend and confidant of FLQ terrorist Georges Schoeters.

DOWNLOAD a free copy of this bilingual presentation.

__________

* I can’t resist giving you an excellent short film by VertigoPolitix to illustrate the faulty view of François Houtart that Marxism has a “solid basic ideology’:  “On The Character Of Karl Marx’.  When the Popes declared Communism “intrinsically perverse”, they may have been referring, albeit unintentionally, to the personality of its best-known artificer.